Cuba : Viñales

SONY DSCViñales, une de nos étapes favorites. Cette petite ville de la région de Pinar del Rio est nichée dans les plantations de tabac et les mogotes, petits monts aux formes bien distinctes. C’est un réel havre de paix. Nous avons décidé d’en faire notre deuxième étape. Cette région connue notamment pour les cigares, possède les plus grandes plantations de tabac du pays, le climat y est très propice. La journée, il y fait très chaud (tellement chaud que mon visage en a brûlé… je vous recommande vivement de porter un chapeau et de la crème solaire) et les nuits y sont fraiches (merci au petit pull). Pour se rendre à Viñales ainsi qu’à toutes les étapes de notre séjour, nous avons pris le bus de la compagnie Viazul en réservant à l’avance nos places sur leur site internet. Ce réseau de bus a été crée spécifiquement pour le tourisme. Les bus sont récents comparés à ceux des locaux et son réseau est bien développé sur le territoire cubain. Pensez à réserver à l’avance sur leur site car le jour J les bus sont très souvent complets, il existe même des listes d’attente, alors si vous ne voulez pas vous tracassez, il vaut mieux s’organiser. Le prix de billet peut varier selon le trajet, étant donné que l’on peut partir de la Havane jusqu’au sud du pays.

Nous avons donc pris un taxi de la Habana Vieja pour nous emmener à la gare routière de la compagnie Viazul qui se situe, elle, à Vedado. Prévoyez quarante-cinq minutes entre le trajet et le retrait des billets au comptoir (dîtes-bien que vous avez déjà réservé pour que l’on vous dirige vers la bonne file d’attente…). Les bus Viazul ont tous l’air conditionné, chose que je déteste dans les pays chauds, car il fait souvent trop froid en intérieur et dès que vous sortez vous vous prenez un choc thermique et vous terminez malade. Pour tout vous dire, j’ai effectué tous mes trajets de bus en jean, sweat à capuche et écharpe pour éviter de tomber malade. Je me sentais moins ridicule quand je voyais d’autres touristes se couvrir. ;)

Premier trajet en bus, il fallait qu’il soit mémorable puisqu’à une heure de la capitale, nous nous sommes tout bonnement arrêtés sur le bord de l’autoroute quand le chauffeur s’est rendu compte que la courroie de distribution était complètement effilochée. Nous avons donc attendus deux heures et demie pour qu’enfin la compagnie nous envoie un autre bus pour récupérer l’ensemble des passagers. Ah le folklore des voyages…

Nous sommes donc arrivés vers 13h à Viñales, à la place centrale où figurez-vous que des dizaines de gens nous attendaient. En fait, il s’agissait des hôtes des casas particulares qui venaient accueillir leurs touristes. Seulement il y en avait beaucoup aussi qui venaient rabattre les touristes pour leur offrir leur chambre d’hôte. Alors armez-vous de patience, parce que ceci est chose commune et que cela nous est arrivé à chacune de nos sorties de bus… Je vous conseille vivement de faire attention à la personne qui viens vous chercher à la gare routière, qu’elle ait bien votre nom et que vous ne vous embarquez pas avec des personnes qui n’ont rien à voir avec la réservation que vous avez faîte.

Nous avions tellement pris des précautions la première fois, que nous n’avions pas pris le temps de voir la pancarte de notre hôtesse, qui est repartie nous attendre directement à la casa toute bredouille. Nous avons bien ri quand elle nous a raconté qu’en nous voyant, elle n’était pas venue nous demander s’il s’agissait de nous, des personnes de couleurs ne pouvant pas être français au premier abord.

Les Cubains étaient perturbés par nos physiques, notre peau coloré. D’abord perplexes, ils cherchaient à déterminer notre origine et nous avons eu des propositions qui nous ont bien fait rire : Brésiliens, Vénézuéliens… mais aussi Cubains. Beaucoup voulaient discuter avec nous, mais nous les voyons d’abord réfléchir, hésitants, parlant espagnol entre eux. Ils étaient encore plus perturbés quand on comprenait ce qu’ils se disaient à notre sujet et surtout quand on leur disait qu’on était français (comment des gens non caucasiens pouvaient être français :) )

Marisol, qui a donné son nom à sa maison, La Casa Villa Marisol, nous a accueillis avec beaucoup de gentillesse, d’humour et de curiosité. Nous avions eu là, la meilleure hôte de tout notre voyage. Nous avons adoré échanger avec elle de tout et de rien. A peine arrivés, nous avons programmé avec elle le reste de la journée et celle du lendemain. Nous avons donc choisi de partir l’après-midi même en balade à cheval pendant quatre heures (5 CUC/heure/personne) afin de visiter la partie avec les mogotes et les plantations. C’était très sympa… il faut juste se faire à l’idée qu’à chaque arrêt pour visite, il va falloir débourser quelques CUC pour les boissons ou pour la vente de telle ou telle chose (ah le tourisme, on n’y peut rien). Nous avons découvert de très beaux paysages, rencontré des cultivateurs de tabac, des paysans. Nous avons assisté au coucher du soleil dans la Vallée Silencieuse, un vrai délice. Le lendemain, un guide est venu nous chercher pour une randonnée de 5h (4h au début mais vous savez quand on prend beaucoup de photos…) La destination était une grotte abritant une source d’eau naturelle dans laquelle on peut se baigner. Elle est connue pour ses bienfaits pour le corps mais il faut avant tout avoir le courage de rentrer dans l’eau dans l’obscurité avec les torches des personnes présentes. Effectivement en arrivant à la grotte plusieurs personnes attendent un guide spécifique qui nous mène à la source (prévoyez vos torches même s’il vous en fournit). Nous nous sommes retrouvés une dizaine à parcourir ce chemin quelque fois glissant. Finalement, seulement trois personnes ont nagé dont Chris et moi-même. J’ai pris mon courage à deux mains pour rentrer dans cette eau glacée mais qui rafraîchit bien ;) Cette randonnée nous a permis de nous balader entre les cultures et la nature sauvage, de voir comment travaillent des Cubains dans une zone assez reculée de la ville. Nous avons pu boire du Coco Loco, un mélange d’eau de coco, de rhum, de citron et de miel, un vrai plaisir quand vous avez passé plusieurs heures à cramer sous le soleil.

Je vais aborder le sujet épineux de la vie quotidienne des Cubains. Sans conteste, ce sont des personnes de bonne humeur, avec un  goût prononcé pour faire la fête et danser la salsa. Cela permet peut être d’oublier quelques instants, les petits problèmes de leur quotidien bien caractéristiques de Cuba. Les Cubains sont des personnes avec beaucoup d’éducation (celle-ci est gratuite) et qui ont développé au fil de leur histoire un art de la débrouillardise qui nous a étonné tout le long du voyage. Beaucoup d’entre eux cumulent plusieurs boulots car souvent leur métier d’origine ne leur permet pas de vivre correctement. Pour vous citer quelques exemples, nous avons eu un anesthésiste et un informaticien comme chauffeurs de taxi. Certains de nos hôtes ont été professeur, maître de conférence ou auditeur. Ça paraît dingue mais leur vrai métier ne leur permet de payer de quoi vivre correctement. Par exemple un mois de salaire d’un informaticien peut permettre de payer l’électricité alors qu’une journée de courses de taxi leur apporte plus que leur premier salaire mensuel. C’est assez aberrant mais ils ont tous appris à jongler avec. Par ailleurs il y a deux monnaies : le peso national et le peso CUC (convertible), ce dernier vaut 25 pesos national. Tout ce qui touche au tourisme ainsi qu’à la vie moderne, vêtements, mobiliers, ustensiles de cuisine, produits alimentaires industriels sont vendus en CUC, ce qui fait que beaucoup de choses sont très chers pour les Cubains et que s’équiper et vivre demandent beaucoup d’économies. Bref, ce début de voyage nous a mis beaucoup de questions dans la tête (beaucoup sont restées sans réponse) mais aussi nous avons ressenti beaucoup de respect envers les Cubains.

SONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSC

On se retrouve au prochain article.

Bonne journée, à très bientôt.

Réseau Bus Viazul

★ Photos : Chris’n’Hem’s★

Tous droits réservés Héma pose ses valises

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button

6 réflexions au sujet de « Cuba : Viñales »

  1. Magnifique 2ème post sur Cuba.
    J’adore la partie découverte de la vie des cubains, les 2 métiers et les 2 monnaies.
    Votre respect et esprit de découverte y sont caractérisés!
    Merci pour ces jolis partages.
    Bises et prenez soin de vous les zamoureux

  2. Ton blog nous fait rêver, les photos sont très belles, les paysages magnifiques! Je voyage un peu à travers toi:-). Bisous à vous deux

    • Merci pour ton retour, c’est important de voir qu’on me lit et que je ne fais pas tout ce boulot pou rien. Ça me fait plaisir que tu voyages un peu à travers mes articles. Bisous

  3. Elles sont très belles vos photos, on voyage avec vous en les regardant et ton article est très intéressant et nous permet de mieux comprendre ce pays :-)

  4. Ping : Laguna GuanarocaHéma pose ses valises ★ Fashion, voyages, cuisine, découvertes et bons plans ★

Poster un commentaire